Alors que le pays cherche à stimuler l’intérêt dans l’agriculture de haute technologie, les investisseurs étrangers préfèrent toujours investir via des fusions ou acquisitions et espèrent recevoir le soutien nécessaire des autorités. Les investisseurs sont intéressés par l’agriculture high-tech mais se heurtent à des barrières dans la mise en place de leurs projets. Cela se ressent dans les chiffres, avec de faibles flux d’IDE dans le secteur agricole sur les 5 premiers mois de 2021. Les incitations fiscales existantes ne suffisent pas à attirer les investisseurs, d’autant que le secteur présente de nombreux risques comme les maladies ou les catastrophes naturelles. Le principal problème rencontré est la location des terres, notamment le risque que celle-ci soit récupérée par le propriétaire.

Afin de répondre à ces problèmes, le Ministère du Plan et de l’Investissement travaille actuellement sur une proposition de décret sur les mécanismes et politiques visant à attirer les investissements dans l’agriculture et le développement rural, qui remplacera le décret actuel. Le nouveau décret couvre plusieurs types d’incitation, notamment des mécanismes préférentiels pour la location des terres, des incitations fiscales, du soutien au crédit, de la formation et de l’investissement dans les infrastructures.

Cependant, d’autres difficultés rencontrées par les investisseurs étrangers ne seront peut-être pas résolues par ce décret, notamment en ce qui concerne les relations avec les coopératives agricoles qui sont beaucoup plus simples pour les investisseurs locaux qu’étrangers. La pandémie de Covid-19 et les restrictions de déplacement ont également rendu difficile la venue d’investisseurs étrangers au Vietnam.