Le gouvernement uruguayen avait rendu obligatoire en 2018 par décret l’étiquetage frontal des aliments emballés ayant une forte teneur en sucre, en graisse (dont les graisses saturées) et en sodium. La date de mise en conformité a été reportée au 1er février prochain. Ont également été modifiés les critères pour définir l’excès en contenu de sodium, sucre, graisse et graisse saturée.