Les ventes au détail d’agneau et de mouton progressent au Japon, stimulant la production locale ainsi que les importations d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Alors que la consommation de viande ovine reste faible au Japon (0,1 kg/habitant en 2017), en comparaison avec celle de porc (15,4 kg) et de viande bovine (6,6 kg), 2017 est la 2ème année consécutive de progression de la consommation de viande ovine.

Au Japon, la viande de mouton est traditionnellement consommée hors de la maison, en raison de la faible connaissance des Japonais pour les méthodes de cuisson et la pénurie de viande ovine sur le marché.

Mais les ventes en supermarchés s’accroissent. Certains experts attribuent cette croissance à la stabilité du prix de la viande ovine au Japon, en comparaison avec le bœuf dont le prix ne cesse d’augmenter avec la pénurie de veaux. De plus, les Japonais sont de plus en plus conscients que la viande ovine contient un faible taux de matières grasses et un taux élevé de fer.