Contrairement à d’autres secteurs, l’année 2020 aura plutôt été positive pour l’agriculture qui a pu rehausser sa barre en réalisant?l'équivalent de 25 Mds USD (~ 20,45 Mds EUR) en termes de production agricole, soit une augmentation de 2 Mds USD (~ 1,64 Md EUR) par rapport à l’année précédente. Résilience bien avérée.

Ce résultat a permis de se rassurer quant à l’efficacité et au rendement du secteur agricole, en dépit de ces temps de crise sanitaire mondiale liée à la pandémie de la Covid-19 ; il a également pu participer et contribuer à l’aspect social et humanitaire auprès des régions les plus enclavées et en difficulté durant cette crise.

Les autorités sectorielles ont informé que la stratégie focalisera désormais ses efforts sur le développement des filières stratégiques?telles que le blé tendre, le maïs, les cultures sucrières et sur les oléagineux afin de pouvoir réduire, voire rééquilibrer, la facture alimentaire du pays encore très déficitaire de plus de 10 Mds USD. Pour ce faire, en 2020, un office de développement de l’agriculture saharienne des cultures stratégiques et agro-industrielles a été créé ; il aura pour objectif d’aider et orienter les investisseurs souhaitant s’initier à l’agriculture dans le sud du pays.

Cependant, au vu de la situation actuelle, il a été décidé d’orienter les efforts vers une agriculture intelligente et solide face au changement climatique en tenant compte de l’environnement et de l’équilibre des écosystèmes sans négliger le gaspillage, grâce à une bonne gestion des excédents de production.

Parallèlement, plus de 1,5 million d’arbres ont été plantés cette année dans le cadre du plan national de reboisement. L’année 2021 promet d’être encourageante?pour les opérateurs des filières agricoles en Algérie.