Selon des prévisions de la Banque centrale de Tunisie (BCT), la croissance économique, estimée à 1,3% en 2016, devrait passer à 2,3% en 2017 et 2,8% en 2018. En dépit de l'inflation qui frappe le pays, les secteurs de l'agriculture et de l'industrie devraient connaître un regain de dynamisme.

Dans sa note sur les ‘‘Évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen-terme’’, du mois de février 2017, la BCT estime que la croissance économique, évaluée aux prix constants 2010, a légèrement grimpé. En effet, en 2016 elle affiche un taux de 1,3%, contre 1% en 2015.

Par la suite, ces chiffres devraient doubler, passant de 2,3% à 2,8% entre 2017 et 2018. Le rapport annonce que : “La croissance économique qui a pâti de deux années moroses, devrait se maintenir sur une tendance haussière graduelle en 2017 et 2018”.

En 2016, le taux d’inflation a été à son plus bas niveau depuis 2012, soit 3,7% contre 4,9% en 2015. Le rapport prévoit une hausse de l'inflation avec un taux de 4,8% au terme du premier trimestre 2017 et un taux moyen de 4,7% pour toute l’année 2017.

« La politique budgétaire est de plus en plus contrainte par la hausse structurelle des dépenses courantes et la faiblesse des ressources, limitant ses marges de manœuvre pour mener une politique contra-cyclique », ajoute la note.

Quant à la balance courante, elle « demeure fragilisée par l’ampleur du déficit énergétique, la part de plus en plus grandissante des importations non productives et par un secteur touristique qui peine à se relever, exacerbant les pressions sur les réserves de change ».

Les crédits à l’économie, renforcés en 2016, ont pu aider les professionnels et les particuliers. Cependant, selon le rapport de la BCT, « la poursuite des pressions sur la liquidité bancaire dans le sillage d’un déficit courant toujours important, induisant un déséquilibre permanent entre l’offre et la demande de devises sur le marché des changes, et une intervention accrue de la BCT sur ce marché pour lisser