La Thai Feed Mill Association s'attend à ce que la demande d'aliments pour animaux augmente d'environ 1 % pour atteindre 21 millions de tonnes en 2021, bien en deçà de la croissance annuelle moyenne de 5 % au cours des cinq dernières années.

La production de volaille, qui représente 55 % de la demande d'aliments pour animaux de la Thaïlande, devrait augmenter légèrement, après une baisse de 2 à 3 % en 2020.

Les provenderies dépendent toujours d'ingrédients alternatifs importés, notamment du blé, des drêches et de l'orge, en raison de l'insuffisance de maïs local et de l'offre limitée de maïs importé des pays voisins offrant des accords de libre-échange avantageux.

La production nationale de maïs devrait baisser de 2 % en 2021/22, car les agriculteurs devraient se réorienter vers la culture du manioc en raison des revenus plus intéressants provenant de ce type de récolte. Les agriculteurs qui avaient remplacé leurs cultures de manioc par du maïs en raison de l'épidémie du virus de la mosaïque du manioc en 2020 pourraient désormais faire marche arrière et revenir au manioc, d'autant plus que les prix actuels sont devenus plus attractifs.

En mars, le prix du maïs était supérieur de 6 % à celui de l'année dernière, tandis que le prix du manioc était supérieur de 13 %. En outre, le gouvernement va continuer à fournir une compensation directe par le biais de son programme d'assurance des prix pour le manioc, qui est plus attrayant que le programme alloué pour le maïs.

La plupart des importations de maïs proviendront du Myanmar et du Cambodge. Néanmoins, l'offre de maïs du Myanmar devrait être restreinte en prévision de la demande accrue de la Chine.