Même si l’impact de la pandémie de Covid-19 est certainement moins important pour le secteur BVP en comparaison à d’autres filières, la BVP a aussi subi des répercussions dues au coronavirus selon le directeur général de la chaîne BVP polonaise Pierkarnie Cukiernie Putka (chaîne de BVP qui opère dans la région de Varsovie et de Lodz, avec environ 135 établissements en propre et 29 sous patronage).

En ce qui concerne le pain, la baisse des ventes n’est pas si considérable. En revanche, la partie pâtisserie-viennoiserie, dont le CA est très important en valeur, a été frappée de plein fouet. Les ventes de pain ont baissé de 10 à 15 % tandis que celles de la pâtisserie-viennoiserie ont chuté de 30 à 40 %, voire plus dans la catégorie des sandwichs et du snacking. Le CA des boulangeries en propre s’est détérioré de 30 % et a été accompagné d’une baisse de visites de 40 à 45 %.

Néanmoins, la valeur du panier moyen a grimpé de 30 à 40 %. Ainsi, pendant la pandémie les Polonais achètent plus, mais moins souvent. Les consommateurs stockent les produits (en congelant) ou choisissent les produits avec une plus longue date limite de consommation. Ce changement de comportement d’achat s’illustre dans la catégorie des pains de mie dont les ventes ont doublé, voire triplé par rapport à la même période de l’année précédente.

Les produits boulangers constituent la deuxième catégorie la plus consommée en volume dans le secteur agroalimentaire en Pologne, après les légumes, y compris les pommes de terre. Selon le Bureau national des statistiques GUS, en 2019, le volume de la production BVP frais s’est élevé à 1 066 000 tonnes et a noté une hausse de 28 000 tonnes.

En Pologne, on distingue trois grandes variétés de pain : pain mixte, pain de seigle et pain de froment. Le premier occupe la plus grande part de marché et sa production en volume en 2019 était de 536 000 tonnes. La production du pain de seigle a atteint 70 700 de tonnes, à la hausse depuis quelques années.