Le gouvernement norvégien vient de faire savoir qu’il réduisait ses ambitions sur la part du bio dans la production alimentaire du pays, qualifiant d’irréaliste l’objectif d’une part de 15% d’ici 2020 et provoquant la colère de l’association de producteurs et de consommateurs biologiques, OIKOS.

Le modèle à suivre était la Suède, qui envisage d’élever la part du bio à 30% de la production agricole et à 60% de la consommation dans le secteur public d’ici 2020.

A l’heure actuelle, 30 municipalités norvégiennes sur 426 ont atteint une part de 10% de production agricole biologique. La part du biologique dans l’industrie alimentaire atteint seulement 1%.

Ceci intervient juste après que l’UE vient de mettre fin à une période de huit ans pendant laquelle l’Islande et la Norvège ont dû patienter pour être intégrées à l’Espace Economique Européen, leur permettant de bénéficier des règles concernant les pays de l’UE. Ceci est notamment essentiel pour la production de saumon biologique.