Le ministère de la pêche du Myanmar et l'agence de développement allemande GIZ vont mettre en œuvre conjointement un « programme d'aquaculture durable du Myanmar (MYSAP) », dont l'UE est le principal bailleur de fonds. Ce programme soutiendra les entreprises de pêche et les aidera à se connecter aux marchés de l'Union européenne.

Dans certaines zones côtières du Myanmar, la pêche non durable pratiquée depuis 1980 a entraîné une diminution des stocks de poissons sauvages pouvant aller jusqu'à -90 %. Cette situation menace considérablement la qualité de la nutrition de la population et des revenus locaux, en particulier dans les zones rurales, où vivent 70 % de la population.

Par le biais du MYSAP, le gouvernement vise à résoudre ces problèmes en intensifiant la productivité de l'aquaculture dans certaines chaînes de valeur côtières et d'eau douce de manière durable. Les autorités contribueront à l'approvisionnement en intrants, à la production et à la transformation des produits, tout en facilitant le commerce et la consommation au profit des communautés souffrant de malnutrition.

La production halieutique du Myanmar a augmenté progressivement depuis 2016 et génère désormais 853 M USD grâce aux exportations de produits marins.