Depuis la nomination officielle de Mohammed Ben Salman Prince héritier du trône et Vice Premier Ministre, le royaume d’Arabie Saoudite est entré dans une nouvelle ère. Dans l’optique de réduire la dépendance du Royaume au pétrole, le gouvernement, dirigé par le Prince héritier, a engagé en 2016 son plan de diversification d’une économie trop dépendante du pétrole, intitulé « Vision 2030 » afin de développer de nouvelles sources de richesse, en particulier dans deux secteurs quasiment vierges : le tourisme et l’industrie des loisirs. Au cours des dix prochaines années, l'Arabie Saoudite prévoit d'investir 64 Mds de dollars dans l'industrie du divertissement.

 

L’Arabie Saoudite, terre d’opportunités pour l’offre française

 

Tourisme

 

Le secteur des services, nettement dominé par le tourisme et lié à l’hôtellerie, pèse pour près de 38 % dans le PIB du Royaume. L'industrie touristique est d'autant plus importante pour la prospérité du Royaume qu'elle est actuellement le 2ème secteur économique du pays en termes d'emploi pour ses habitants, faisant travailler plus d'un million de Saoudiens au total. Une réelle volonté existe de la part des dirigeants d’améliorer et de diversifier la qualité de l’offre des secteurs de l’hôtellerie et du tourisme. En effet, le tourisme n’a que 17 ans d’existence en Arabie Saoudite, date de la création de la Commission du tourisme et du patrimoine nationale Saudi Commission for Tourism and Heritage – SCTH4. Les prévisions de la SCTH en terme d’emplois dans le secteur de l’hôtellerie restauration estiment que 2,2 millions de personnes y seront employées en 2020, contre 479 000 en 2009. Le tourisme, en dehors du pèlerinage et de ses six millions de visiteurs chaque année, se développe chez les Saoudiens. Le gouvernement saoudien veut également ouvrir le pays aux touristes étrangers en plus des pèlerins.

 

Le Prince héritier Mohamad Bin Salman (MBS) a annoncé durant l’année 2017 plusieurs grands projets pour développer l’industrie touristique tels que :

  • NEOM1 , ville du futur par excellence de 26,500 km2 à échéance de 20 ans
  • RED SEA Project, projet de station balnéaire de luxe et écoresponsable prévu fin 2022, situé entre les villes de Umluj et Al Wajh et qui sera dédié au bien être, au sport et à la culture.

Pour le moment, le gouvernement se focalise surtout sur le tourisme national et régional. Ceci devrait impacter favorablement la croissance de l’hôtellerie, du nautisme, de la préservation du patrimoine et des circuits de randonnée.

L’offre française est déjà bien installée en Arabie Saoudite avec la création par le président d’ENGIE, d’une agence française pour développer le site touristique d’Al Ula ou encore par la présence du groupe hôtelier ACCOR, qui demeure le premier opérateur du royaume avec l’ouverture de 20 hôtels et 40 autres en projet. L’offre française bénéficie d’une excellente image de ses produits et du « Made in France » même si les prix sont jugés élevés.

 

1 http://www.pif.gov.sa/News/News29.html

2 http://discoverneom.com/

3http://www.pif.gov.sa/theredseasa/The%20Red%20Sea%20-%20Facts%20Sheet%20-%20English.pdf

4 https://scth.gov.sa/en/AboutSCTA/Pages/default.aspx

 

Sport

 

L’Arabie Saoudite veut développer le sport pour faire face aux problèmes de santé de sa population, développer le sport féminin et organiser des compétitions sportives régionales et internationales. Plusieurs projets de « sport cities » sont programmés à travers le Royaume ainsi que le projet Qiddiya, la plus grande citée du divertissement au monde. Ce projet, estimé à 30 Mds $, sera composé d’installations sportives, culturelles et de divertissement. De plus, le Président de l’Autorité Générale pour le Sport (GSA), Turki Al Shaikh, a également annoncé en août 2018, la construction de quatre nouveaux stades de football (budget de 300 à 400 M d’euros) pour les quatre principaux clubs du pays: Al Hilal (Riyad), Al Nasr (Riyad), Al Ittihad (Djeddah) et Al Ahli (Djeddah). Ces stades devraient avoir une capacité d’environ 40 000 spectateurs et répondre aux normes internationales en matière de capacité, de sécurité et de confort, des facilités VIP et des systèmes d’éclairage des aires de jeux et sonores.

L’offre française bénéficie d’une très bonne image et les stades français sont pour la GSA des références.

 

Nautisme

 

L’Arabie Saoudite ne dispose pas de production locale, ni de tradition de nautisme ou d’aménagement du littoral pour les loisirs. En revanche, le nautisme devrait bénéficier du contexte politique favorable et du développement des projets touristiques tels que NEOM et RED SEA PROJECT.

De façon générale, l’expertise française est reconnue et la concurrence est peu active à ce stade.

 

Divertissement

 

Un accord franco-saoudien de dix ans a été signé le 10 avril 2018 au cours de la visite du Prince héritier saoudien en France, pour l’exploitation et la gestion du site archéologique d’Al ‘Ula, classé au patrimoine de l’Unesco. Al ‘Ula est une citée nabatéenne dans le Nord-Ouest saoudien, comparable à Pétra, qui s’étend sur 22 000 km2 et dont le chantier a été estimé entre 50 et 100 Mds d’euros. Un autre accord a été cette fois signé entre l’Opéra de Paris et le Minsitère saoudien de la culture en vue d’accompagner les saoudiens dans la création d’un orchestre national et d’un opéra à Djeddah. Enfin, le gouvernement saoudien envisage l’organisation de 5 000 spectacles et concerts, comme en 2018.

 

Mission Business France – Djeddah et Riyad, 16 au 18 avril 2019

 

Afin d’intégrer au mieux ce marché prometteur, Business France organise une mission de découverte dédiée aux secteurs sport, tourisme et divertissement. Cette mission permettra aux participants, à travers des visites de sites et des RDV BtoB ciblés et personnalisés, d’identifier de nouvelles opportunités, de rencontrer de nouveaux clients/partenaires et d’affirmer leur présence sur le marché. Business France souhaite ainsi faciliter leur prospection par des rencontres directes avec des acheteurs, des donneurs d’ordre, des distributeurs/agents et les autorités publiques concernées.