L’Afrique : le sport au cœur du développement

Cap sur la Coupe d’Afrique des Nations et les Jeux Olympiques de la Jeunesse !

Le sport représente aujourd’hui 2% du PIB mondial, et seulement 0,5 % de celui de l’Afrique. Sur le continent africain, le développement du sport est porteur d’enjeux de développement économiques et sociétaux et la jeunesse est au cœur de cette dynamique.

 

L’Afrique va accueillir de grands évènements sportifs internationaux et ses gouvernants affirment leur volonté de favoriser le développement de la pratique sportive comme vecteur d’éducation, de santé et de progrès social.

Tel est le cas de la Côte d'Ivoire et le Sénégal qui ont fait du sport un axe de développement majeur et accueilleront respectivement la Coupe d’Afrique des Nations en 2023 et les Jeux Olympique de la Jeunesse en 2022

Le Sénégal est la deuxième économie d’Afrique de l’Ouest, avec 16 M d’habitants, un PIB de plus de 24 Mds USD, et un taux de croissance de 7 % en 2017. A noter également le doublement du budget ministériel dédié aux sports qui investit afin d’accueillir les Jeux Olympique de la Jeunesse 2022.

Ces Jeux font partie de la stratégie de développement économique et social du Sénégal : le pays bénéficiera des retombées de la consommation générées par l’événement, de nouvelles opportunités d’emplois pour les jeunes, mais aussi d’infrastructures réhabilitées pour l’occasion, et qui pourront être ensuite utilisées par la population. Le stade Iba-Mar-Diop, à Dakar sera réhabilité au lieu de favoriser la construction de nouvelles infrastructures sportives. Les organisateurs des JOJ de Dakar 2022 souhaitant laisser un « héritage populaire » ; les lieux de vie autour du stade seront transformés et valorisés (création d’emplois à proximité des enceintes, d’activités socio-éducatives liées au sport).  Téléchargez la fiche :  https://www.businessfrance.fr/la-filiere-sport-au-senegal

 

Après avoir accueilli les 8ème Jeux de la Francophonie en 2017, la Côte d’Ivoire accueillera la Coupe d’Afrique des Nations de football en 2023.  Le stade olympique d’Ebimpé situé à 25 km au nord-Est d’Abidjan, d’une capacité de 60 000 places est quasiment achevé. Plusieurs stades sont en construction : le stade de Korhogo, le stade de San Pedro (contrats remportés par des entreprises chinoises) tous deux d’une capacité de 20 000 places et sous contrat et financements chinois et le stade de Yamoussoukro dont les travaux de construction ont été officiellement lancés en octobre 2018. Ce stade, d’une capacité de 20 000 places, dont la conception a été réalisée par SCAU Architecture est construit par le groupement français composé de Sogea-Satom (mandataire), filiale de Vinci Construction, Egis, Baudin-Châteauneuf et Alcor Équipements. Ces stades devraient être livrés également au 1er trimestre 2021. Des stades sont également en réhabilitation à Abidjan (stade Felix Houphouët Boigny) et à Bouaké (stade de la Paix).

A noter également, le programme Agora, porté par Win Win Afrique, qui s’est concrétisé récemment par la construction d’un centre sportif pluridisciplinaire urbain à Koumassi (district d’Abidjan). Ce premier projet a été inauguré au mois de décembre 2019 en présence du Président Macron.  A très courte échéance, l’on devrait procéder au lancement des travaux de construction de 10 autres AGORAS dans 10 autres communes dont 5 hors d’Abidjan. Ce projet est une illustration de la politique nationale ivoirienne pour la promotion du Sport pour tous et du développement et de la collaboration sur ce sujet  entre nos deux pays. A terme, il est prévu la construction de 90 agoras dans le pays. Les projets AGORA Afrique impliquent des entreprises françaises de la filière Sport comme Alcor Equipements par exemple. Téléchargez la fiche : https://www.businessfrance.fr/la-filiere-sport-en-cote-d-ivoire

 

Après s’être vu retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations en 2019 au profit de l’Egypte, le Cameroun se prépare à accueillir la CAN 2021

 

D’autres grands évènements sportifs d’envergure se dérouleront sur le continent africain dans les prochaines années  : les Jeux de la Francophonie 2021 en RDC ; les Jeux Africains au Ghana en 2023 et la CAN 2025 en Guinée.

 

Des accords de partenariat dans le football, le basket-ball et le tennis

Les instances sportives internationales et françaises se sont engagées pour accompagner le développement et la pratique sportive dans les pays de la zone.
Ainsi en 2018, La FIFA et la FFF ont signé un accord de collaboration pour contribuer au bon développement du football en Afrique francophone, dans le cadre d'un "Programme Forward" de soutien technique et financier.  Ce   programme permet aux fédérations francophones de football de bénéficier de l’expertise technique de la FFF pour l’accompagnement et la formation. Cette convention a d’ores et déjà permis la mise en place d’une collaboration notamment entre la Fédération Guinéenne de Football et la Fédération Française de Football.

L’A.F.D (Agence Française de Développement) a placé le sport au cœur de ses priorités : l’Agence s’est engagée aux côtés de la FIFA dans le cadre d’un accord qui vise à faire du football un vecteur d‘éducation, de développement et de changement social en Afrique. Elle a également noué un partenariat avec la célèbre NBA avec pour objectif d’amener le basket de haut niveau en Afrique. Là encore, il s’agit d’utiliser le sport comme vecteur de développement économique, durable, d’entreprenariat et d’éducation. Cette collaboration s’est déjà concrétisée par  la création d’une NBA Academy Africa  et du  lancement en janvier dernier de la BAL (Basketball Africa Leaque).

La Fédération Française de Tennis n’est pas en reste non plus sur le continent pour développer la pratique du tennis sur la zone. Créée le 30 mai dernier à l’occasion du tournoi Roland-Garros 2019, l’Association des Fédérations Francophones du Tennis (A2FT) est constituée de 34 fédérations membres et d’un COMEX de 5 membres (France, Suisse, Liban, Mali, Maroc). L’association entend développer la pratique du tennis sur terre battue sur les territoires francophones afin de promouvoir les valeurs culturelles, sociétales et éducatives qui y sont attachées et de faire émerger les futurs champions.  Pour ce faire, il est prévu la création d’une académie du tennis qui rassemblera les élites du tennis francophone, africaines et européennes, d’un centre de formation des cadres (dirigeants, enseignants ou arbitres) et de clubs sur terre battue labellisés « Roland Garros ».
Ainsi, des projets concrets émergent également sur la filière Tennis : un premier Centre Francophone de Tennis sera ouvert à Diamniadio au Sénégal . Ce complexe qui devrait être achevé pour les JOJ de Dakar en 2022 sera composé de 15 courts de tennis dont 12 en terre battue, d’un internat et d’un centre médical. Au Bénin, un Centre Francophone de Tennis est en construction (ouverture prévue fin janvier 2020) entre Cotonou et Ouidah et permettra d’accueillir une quarantaine de jeunes.

 

C’est dans ce contexte particulièrement dynamique en termes de projets et d’initiatives, que seront organisées les Meet French Sport in Côte d’Ivoire et Sénégal en septembre 2020 à Dakar et Abidjan. Ces rencontres d’affaires faciliteront les échanges entre les entreprises de la filière Sport et les décideurs officiels. Des rendez-vous BtoB ciblés permettront aux participants de rencontrer de futurs partenaires

 

Découvrez aussi :

La Hotline réglementaire : https://www.businessfrance.fr/export-abonnement-reglementaire

 

La Plateforme des solutions : https://www.teamfrance-export.fr/

 

Le V.I.E : la solution RH de mobilité internationale pour l’export. : https://www.businessfrance.fr/vie-home