Au Kenya, le secteur agricole est le principal contributeur au PIB. Si sur ces dernières années, le financement public qui lui est alloué a été en demi-teinte, les perturbations liées au coronavirus ont ravivé la nécessité pour les autorités de renforcer leur soutien à ce pilier de l’économie.

Au Kenya, l’exécutif a décidé d’augmenter son soutien à l’agriculture en 2021/2022. Durant ladite année fiscale qui débutera en juillet prochain, le secteur agricole bénéficiera en effet d’une enveloppe de 73,9 Mds KES (685 M USD), soit un montant en hausse de plus de 10 Mds KES par rapport à 2020/2021.

Pour le nouvel exercice, le gouvernement entend mettre l’accent sur le secteur de l’élevage et de la pêche. Il envisage notamment de renforcer son appui à l’aquaculture afin de réduire la dépendance aux captures réalisées dans le lac Victoria. Ce segment qui fournit près de 25 % de la production piscicole annuelle du Kenya devrait bénéficier de 3 Mds KES en 2021/2022.

Du côté de la production animale, les soutiens se porteront sur différents projets de développement de la chaîne de valeur de plusieurs filières porteuses, de commercialisation des produits et de l’amélioration de la résilience des éleveurs face au changement climatique. Pour rappel, le secteur agricole compte pour 33 % du PIB et emploie plus de 40 % de la population.