L’agence a justifié cette décision par le contexte de la crise sanitaire et l’adoption de mesures de relance exceptionnelles, qui accroissent les risques externes (forte dépréciation de la roupie depuis de l’année) et budgétaires (cible déficit désormais à 5 % du PIB).