French Edtech Tour - Kenya et Rwanda

10 - 14 oct. 2022
Nairobi et Kigali, Nigeria, Rwanda
Sur devis

Au Kenya, un secteur éducatif en pleine transformation
L’accès à l’éducation pour tous fait partie des priorités du gouvernement kenyan. Au cours des 10 dernières années, le gouvernement a consacré en moyenne 5,3% de son PIB au secteur de l’éducation.Le Kenya possède un taux d’alphabétisation élevé pour la zone (82%), grâce à un accès à l’éducation publique primaire gratuit.
On note au Kenya la forte présence d’organisations internationales, telles que l’UNICEF, mais aussi de fondations particulièrement investies dans l’éducation (Mastercard Foundation).En 2019, 509 000 étudiants étaient inscrits dans les universités kenyanes, la plupart dans des universités publiques (86%).Le Kenya compte ainsi une soixantaine d’universités, dont 31 établissements publiques et 32 établissements privés. Parmi les universités les plus prestigieuses, on compte Strathmore University, USIU (privés) et Nairobi University (public). La formation universitaire se développe, le Kenya cherchant en particulier à former davantage d’étudiants scientifiques.

Pour les entreprises françaises, les opportunités résident principalement dans les sous-secteurs suivants :
- Contenu numérique : priorité du gouvernement pour l’e-learning et le e-teaching, accentué par la pandémie du COVID-19
- Formation technique et scientifique
- Formation professionnelle encore peu développée au Kenya : pour des raisons financières, les Kenyans, poursuivent leurs études (licence ou master) en même temps que leurs emplois à temps plein (cours du soir). Certaines entreprises financent ces formations, aux coûts élevés.

Rwanda, le fleuron du High Tech en Afrique
La 15e édition d'eLearning Africa s'est tenue du 11 au 13 mai 2022 au Centre de Convention de Kigali. Kigali est devenue réputée pour ses initiatives basées sur les TIC dans une variété de secteurs et de services.
L’écosystème tech en Afrique connaît une croissance fulgurante depuis quelques années, marquée par des levées de fonds qui ont quintuplé entre 2018 et 2021 pour les start-up du continent. Avec 17 millions $ obtenus par des start-up du Rwanda en 2021, le pays a évolué avec une croissance de 46% en glissement annuel.
Le gouvernement rwandais nourrit de grandes ambitions pour améliorer le statut du pays dans le paysage tech en Afrique, et dispose de plusieurs atouts pour y arriver. Sa population est jeune, et environ 73,9% des Rwandais disposent d’une connexion mobile avec à la clé un taux de pénétration Internet de 31,4%.
Grâce aux efforts menés dans le cadre du plan stratégique Smart Rwanda, l’alphabétisation numérique devient progressivement une réalité dans le pays qui peut se targuer d’une couverture quasi intégrale du territoire par le réseau 4G. De plus, le Rwanda ne souffre pas des mêmes contraintes énergétiques que le géant nigérian et revendique, début 2022, un accès à l’électricité pour environ 70% des ménages du pays.