Le Projet de développement de l’élevage (Prodel), financé à hauteur de 60 Mds XAF (91,469 M EUR) par la Banque mondiale, va consacrer une enveloppe totale de 10,4 Mds XAF (15,854 M EUR) à 26 communes des trois régions septentrionales du Cameroun, a-t-on appris au cours d’une réunion tenue le 12 octobre 2018 dans la capitale du pays.

Si huit communes ont été chaque fois retenues dans le Nord et l’Adamaoua, ce sont dix communes qui bénéficieront des financements du Prodel dans la région de l’Extrême-Nord, dont le secteur de l’élevage a été lessivé par les attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram.

En effet, selon les statistiques de la Banque mondiale, depuis l’année 2013, Boko Haram a volé aux éleveurs de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, un volume de bétail d’une valeur globale de 3 Mds XAF (4,573 M EUR). Les estimations du ministère de l’Elevage, elles, placent l’élevage en tête des secteurs d’activité ayant le plus subi les conséquences de la guerre contre Boko Haram au Cameroun, avec pas moins de 65 % (54,8 Mds XAF) des pertes globales.

Le Prodel apparait donc comme une bouffée d’oxygène, qui devrait permettre de booster l’activité d’élevage dans la partie septentrionale du Cameroun. Ce projet cible, apprend-on officiellement, environ 120 000 ménages d’éleveurs, les pasteurs, les organisations des éleveurs, environ 20 000 opérateurs économiques et entreprises privées de petites et de moyennes tailles, les services publics et privés d’appui à l’élevage, et les prestataires des services œuvrant dans les chaines de valeur de l’élevage (bovin-lait, bovin-viande, les petits ruminants, porcs, volailles et miel) dans les zones d’intervention du projet.

Selon les responsables du ministère de l’Elevage, les actions du Prodel s’articuleront autour de l’amélioration de l’accès des producteurs aux services clés de l’élevage (services de santé animale, matériel génétique, etc.); l’amélioration de la productivité des systèmes de production pastorale; puis l’ac