Business Seminar Décarbonation de l'Industrie 2023 - Tunisie

2 mars 2023
Paris, France
Sur devis

La transition énergétique, moteur de la relance économique de la Tunisie…………

Après une période de croissance relativement molle de la filière des énergies renouvelables en Tunisie, les autorités tunisiennes se sont saisies de l’urgence (guerre en Ukraine, cours du baril, etc.) qu’implique leur promotion et ont décidé dans cette perspective de simplifier les procédures pour accélérer le rythme d’une transition énergétique. ?

Le 1er avril 2022, le ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines a décidé de supprimer le système des autorisations pour la production de l’électricité à partir des ENR. L’annulation du système d’autorisation va alléger, à cet effet, les procédures et mettra fin à une bureaucratie qui ralentit le rythme de la transition énergétique dans un pays ou la sécurité énergétique risque d’être encore plus fragilisée au cours des prochaines années. ?

La Tunisie pourrait ainsi aller au-delà des 500 mégawatts installés, sachant que 46 projets de production d’énergie renouvelable sont, actuellement, en cours de réalisation. A courts termes, la Tunisie envisage, en outre, de lancer des appels d’offres pour la production de 1 500 mégawatts d’énergie renouvelable.?

La Tunisie ambitionne, en effet, d’introduire 35% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique à l'horizon 2030. Ces énergies nouvelles seront développées par le secteur privé à hauteur de 70%. Le reste sera développé par la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG), homologue d’EDF.

Une décarbonation de l’industrie tunisienne « à marche forcée » sous l’effet de la hausse de la facture énergétique et de la mise en place des mécanismes d’ajustement carbone aux frontières de l’UE à partir de 2023.

L’industrie en Tunisie est le deuxième secteur consommateur d’énergie finale avec plus d’un tiers de la consommation totale en Tunisie. Ce secteur est fortement dépendant des énergies fossiles (gaz naturel, fioul, GPL et autres), dont l’utilisation génère directement et inévitablement des émissions de gaz à effet de serre (GES) - > Fort intérêt des acteurs industriels locaux pour toute solution permettant de réduire leur facture énergétique, dans un contexte de désengagement de l’Etat de la subvention énergétique?

Mise en place des mécanismes de régulation carbone, par l’UE, à partir de 2023, qui imposeront aux industriels locaux exportateurs vers le marché unique de décarboner leurs productions. Cela se traduira notamment par des projets d'autoconsommations in-situ ou bie