Dans son rapport sur les investissements internationaux, la CNUCED relève une baisse des flux totaux de 23 %, à 1 400 Mds USD. Cette tendance a notamment concerné les pays développés puisque les flux vers ces pays se sont contractés de 37 % (712 Mds USD) tandis que ceux vers les pays en développement se sont stabilisés (671 Mds USD).

Sur le continent africain, les flux ont été 21 % plus faibles que ceux de l’année dernière (à 42 Mds USD), et poursuivent leur baisse par rapport à l’année dernière (- 3 %). Selon le rapport, cette baisse a notamment concerné les pays exportateurs de matières premières. Représentant 3,4 % du stock d’IDE africains et 10,6 % du stock nord-africains, l’Algérie a vu ses flux entrants diminuer de 26 %, à 1,2 Md USD contre 1,6 Md en 2016. Le stock s’élève à présent à près de 29 Mds USD. Selon le rapport, les IDE hors hydrocarbures auraient notamment été le fait de l’entreprise chinoise Huawei dans l’extension de l’Aéroport international Houari Boumediene (Alger) et de l’entreprise sud-coréenne Samsung en ouvrant sa première usine d’assemblage dans le pays.