Parallèlement à une annonce d’interdiction des importations de viandes rouges fraiches et congelées, le ministre de l’agriculture et du développement rural évoque les possibilités d’exportation des viandes rouges algériennes ainsi que d’autres produits locaux. Dans cette même perspective, plusieurs points ont été relevés, à savoir :

- Mise à disposition des éleveurs, et à coûts raisonnables, du son pour aliment du bétail.

- Penser à l’utilisation du son de blé comme bonne alternative au maïs, qui n’a pas échappé à l’impact Covid-19 et dont le prix a considérablement augmenté.

- Incitation des walis (préfets) à user de sanctions strictes / pénalités à tout spéculateur dépassant le seuil de 1 500 DZD (10,03 EUR) pour le prix du son.

- Confirmation du ministre que le blé avarié importé de Lituanie est touché par les pesticides et devra être testé avant d’être vendu.