Le gouvernement algérien a récemment annoncé une réduction de 35,55 % des importations de blé tendre pour l’année 2020 : 4 M tonnes seront importées contre 6,5 M tonnes en 2019 (4,6 M tonnes/an de blé importés de France – campagne 2018/2019).

La production nationale en constante évolution est l’un des facteurs ayant conduit à cette décision. Elle a affiché 6 M tonnes de blé, chiffre encourageant même s’il demeure encore insuffisant par rapport aux besoins nationaux. Second facteur, l’informel, via la fraude et la corruption, qui entrave la filière céréales.

Le secteur de l’agroalimentaire reste en majeure partie dépendant des importations, en dépit des efforts fournis pour y remédier. Sur les 8 premiers mois de 2019, les importations sont chiffrées à 5,43 M USD (4,90 M EUR).